WHO MiNDbank: More Inclusiveness Needed in Disability and Development

A database of resources covering mental health, substance abuse, disability, general health, human rights and development

Politique gouvernementale - À part entière: pour un véritable exercice du droit à l'égalité (Government policy - for increasing the social participation of handicapped persons)

Government of Quebec Office des personnes handicapées du Québec Country Resources disability, Disability Policies Quebec 31 December 2010 Policy document human rights, Social Inclusion

This translation feature uses a third-party service. Please be advised that the machine-translated content may not be accurate. Translation only applies to this page and is not available for downloaded files or external links.

Print

Description

The goal of this policy is to increase the social participation of handicapped persons within a ten-year period. The legal basis for the policy is the right to equality. There is a close connection between the idea of the right to equality and that of social participation, which is the conceptual basis of this policy. Only by observing the tangible progress achieved in the daily lives of handicapped persons, whether in terms of everyday chores, work, school or leisure, can an informed assessment be made of how the exercise of rights is faring. The policy concerns all handicapped persons, regardless of their living environment, age, gender, impairment or disability. Granted, as a group, handicapped persons are as varied as Quebecers as a whole, but given the general nature of this document and its necessary brevity, specific kinds of deficiencies or impairments are addressed only as the need arises. Some groups may recognize themselves in a great many of the subjects covered, while others may find that only a few of the subjects apply to them. Note that this policy is not meant to replace sector-based policies, goals or strategies, or policies designed for specific groups such as persons with physical or intellectual disabilities, or persons with pervasive development disorders or severe mental health problems. The policy is also intended to complement other government policies such as the plan to combat poverty and social exclusion and the gender equality policy.

To recap, the policy establishes cross-sectoral action priorities for the full spectrum of handicapped persons for the coming years. It is worth mentioning that the On Equal Terms policy had a different focus, a theme-based approach that was innovative in its day. The final section of the document consisted of a first cross-sectoral reading of the situation that made it possible to pinpoint the same problems of inequality and service access in a number of areas. Today’s policy picks up where this final chapter left off.

Note that this policy has a wider social scope. In adopting it, not only will the government make commitments, but the government will also be empowered to prompt nongovernmental partners to follow suit. The government will be tasked with promoting the policy to all the players concerned across the board. This goal is in keeping with the spirit of the legislative reform in December 2004. The reform was geared to greater accountability by everyone involved in the social integration of handicapped persons, and today’s policy provides a solid bench mark for implementing the Act. Furthermore, this aspect of the policy makes it a useful reference tool for drafting the independent report on implementation of the Act due for late 2009 and every five years thereafter.

La présente politique vise à accroître sur une période de dix ans la participation sociale des personnes handicapées. Le droit à l’égalité est le prin-cipal fondement de cette politique. Soulignons à ce titre qu’il y a un lien à faire entre la notion de droit à l’égalité et celle de participation sociale, fondement conceptuel de cette politique. C’est en observant les
progrès concrets obtenus dans la réalisation des habi-tudes de vie des personnes handicapées, que ce soit dans les activités de la vie quotidienne, au marché du travail, aux études et aux loisirs par exemple, que l’on pourra porter un jugement éclairé sur l’atteinte de ce but. Cette politique concerne l’ensemble des personnes handicapées, peu importe leur sexe, leur âge, leur déficience, leur incapacité ou la région où elles vivent. Bien que ce groupe de citoyens soit aussi diversifié que la population en général, le caractère global et le niveau de synthèse recherché dans ce document font en sorte que l’on ne réfère qu’occa-sionnellement à des groupes de personnes ayant un type d’incapacités ou une caractéristique donnés. Certains groupes ou personnes handicapées pour-ront être interpellés par un grand nombre de sujets abordés, alors que d’autres s’identifieront à quelques sujets plus près de leurs préoccupations. Il faut souligner que cette politique ne vise pas à remplacer des politiques, des orientations ou des stratégies secto-rielles. Il en va de même pour les politiques référant à des groupes en particulier tels que ceux ayant une déficience physique, une déficience intellectuelle, un trouble envahissant du développement ou un trouble grave de santé mentale. Cette politique se veut aussi complémentaire à d’autres politiques gouvernemen-tales telles que le Plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et la politique visant l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ainsi, cette politique établit, pour les prochaines années, des priorités d’intervention intersectorielle touchant l’ensemble des personnes handicapées.

Il est à propos de noter l’évolution des perspec-tives depuis la parution de la politique d’ensemble À part égale. Cette dernière a mis de l’avant une approche axée sur les diverses thématiques qui s’est avérée novatrice pour l’époque. Elle a aussi présenté, en fin de document, une première lecture transver-sale de la situation qui faisait ressortir des problèmes d’iniquité et d’accès aux services observés en lien avec plusieurs thématiques. La présente politique innove en mettant les préoccupations transversales au premier plan.Il faut souligner par ailleurs que cette politique a une portée sociétale large. Son adoption par le gouvernement, au-delà d’engager celui-ci, pourra également contribuer à susciter l’adhésion volontaire de parte-naires non gouvernementaux. Le gouvernement sera appelé à en faire la promotion auprès de l’ensemble des acteurs concernés, dans tous les secteurs. Cette volonté s’inscrit ainsi dans l’esprit de la révision législa-tive de décembre 2004. Cette révision est notamment axée sur une plus grande responsabilisation de tous les partenaires concernés par l’intégration sociale des personnes handicapées, et la politique est un point de repère capital pour la mise en oeuvre de la Loi. Au surplus, cette dimension de la politique en ferait un cadre de référence utile en vue de la production du rapport indépendant sur la mise en oeuvre de la Loi que celle-ci prévoit pour la fin de 2009 et, par la suite, à tous les cinq ans.

Content

WHO collates and provides external links to resources focusing on mental health, disability, general health, human rights and development but does not specifically endorse particular laws, policies, plans or other documents from countries or organisations. WHO also does not warrant that the information in this record is correct or refers to the most up-to-date version. Please read the site disclaimer for further details. If this record contains an error or is outdated, please notify us.